Jardins à la française

J-P. Babelon, J-B Leroux
Editeur : Imprimerie Nationale

DLa réalité géométrique du tracé, la symétrie répétitive des éléments, la percée rectiligne des perspectives constituent l’image caricaturale du jardin à la française, héritée de deux siècles de jardins à l’anglaise dits « de nature ». Malgré les anathèmes des « Lumières », le jardin français n’a pourtant jamais cessé de trouver ses admirateurs, et il continue à inspirer les nouveaux créateurs d’aujourd’hui parce qu’il crée un monde harmonieux offert tout à la fois aux sens et à l’intelligence.

Aux origines, Moyen Age a cultivé le « jardin clos », espace secret et mystique étroitement lié à la maison ; la Renaissance italienne, puisant aux sources vives de l’Antiquité, a osé confier le traitement du jardin à un architecte pour en faire une oeuvre d’art, au même titre que le palais ou la villa. Cet art nouveau connaît en France, à la fin du XVIe et au XVIIe siècle, un développement qui culmine avec le génie d’André Le Nôtre. Pour le plaisir du prince comme pour celui de la foule, il réunit dans un univers total, unitaire, symphonique, tous les éléments que lui fournit la nature, revisitée par sa pensée créatrice : la terre et ses dénivellations, les eaux des canaux et des fontaines, les arbres et les fleurs, le vent, le soleil, le ciel. Ses grands desseins portent à l’admiration comme à la surprise, à l’émotion comme à la joie, puis au recueillement et à la réflexion sur la condition humaine, dans une lente et attentive déambulation au cours de laquelle les statues délivrent leur enseignement philosophique par le truchement de la Fable, comme on disait au Grand Siècle, c’est-à-dire de la mythologie.

C’est à ce parcours initiatique, mis en scène par les photographies de Jean-Baptiste Leroux, que le lecteur est ici convié : un parcours à travers l’espace, de Versailles à Queluz ou à Peterhof ; un parcours à travers le temps, depuis les premières années du classicisme français jusqu’aux créations des nouveaux jardins à la française de notre siècle.

>> Plus d’informations